mardi, 11 mai 2021 16:00

11/05/2021 : Compte-rendu hebdomadaire des réunions du mardi - Mise à jour

Depuis le début du mois d'octobre 2020, les membres de l’Académie de Nukuhiva se réunissent tous les mardis à la maison-mère afin de faire avancer les différentes activités et les projets de l'Académie. Désormais, chaque semaine, un compte-rendu de ces réunions est mis en ligne afin de partager ce travail avec le public intéressé.

Les compte-rendus sont présentés en commençant par le plus récent

030 – 11/05/2021

Journée du jeudi 06/05/2021

De 7h30 à 11h30, les académiciens se réunissent afin de finaliser le dépliant bilingue de 8 feuillets émanant de la commune de Nukuhiva qui donne à la population les consignes concernant la collecte des déchets. Le travail achevé est transmis au directeur pour validation.


Journée du mardi 04/05/2021

1) – Émissions radio

Pour des raisons techniques, il n’y a pas d émission radio cette semaine.

2) – Le travail sur l’application-dictionnaire

Dès 8h00, les académiciens reprennent le travail sur l’application-dictionnaire qui se poursuit tout le reste de la journée. En plus de vérifier la rectitude des définitions et des exemples trilingues, ils s’appliquent à rechercher les synonymes et l’étymologie proto-polynésienne des entrées étudiées.

3) – Traduction

Après contrôle du directeur et une ultime vérification, les académiciens renvoient à la commune de Nukuhiva le dépliant bilingue de 8 feuillets donnant à la population les consignes concernant la collecte des déchets.

La séance est levée à 15h30.

Nombre de visiteurs du site : 3634 ; + 87 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1209 ; + 16 en une semaine.

 

029 – 04/05/2021


Journée du mardi 04/05/2021

a) - Radio Te Òko nui

Cette semaine, le personnel de Radio-Marquises est en vacances. À partir de 7h30, Teautaipi Teikitekahioho se déplace à Radio « Te Òko nui » afin d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les mots tahitiens et français qui l’encombrent. Aujourd’hui, il s’agit des mots tahitiens : faatura, faanaho/haanaho, oraraa, tiàturi, tapaò ; il traite aussi les mots français : « justement » et « espérer/j’espère ».

On peut écouter l’émission de Radio « Te Òko nui » N°47 en cliquant sur ce lien.

b) – Le travail sur l’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, les académiciens reprennent le travail sur l’application-dictionnaire qui se poursuit tout le reste de la journée. En plus de vérifier la rectitude des définitions et des exemples trilingues, ils s’appliquent à rechercher les synonymes et l’étymologie proto-polynésienne des entrées étudiées.

c) – Traduction

Les académiciens examinent un dépliant bilingue de 8 feuillets émanant de la commune de Nukuhiva qui donne à la population les consignes concernant la collecte des déchets. Le travail se poursuivra jeudi 06/05 à partir de 7h30.

La séance est levée à 18h00.

Nombre de visiteurs du site : 3547 ; + 102 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1193 ; + 18 en une semaine.

 

028 – 27/04/2021


1) - Activités de la semaine passée : Travail sur l’application-dictionnaire

*- Le mercredi 21/04, dans l’après-midi, les membres de l’Académie se réunissent à la Maison-mère afin de faire le point sur un certain nombre de rubriques de l’application avant de les envoyer à notre informaticien.

*- Le jeudi 22/04, de 8h00 à 11h30, les membres de l’Académie se réunissent afin d’étudier un certain nombre de documents de vocabulaire. D’abord, les mots du nord et du sud différents pour exprimer la même notion ; ensuite, les modalités postverbales différentes de « oko ». Ces documents sont expédiés à tous les académiciens pour vérification avant notre assemblée générale de juin à Taiohae.

2) - Journée du mardi 27/04/2021

a) - Radio-Marquises /Radio Te Òko nui

À partir de 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les mots tahitiens et français qui l’encombrent. Aujourd’hui, il s’agit des mots : haanuu, tatarahapa, peu, paruparu, morare, « bouquet ».

On peut écouter l’émission de Radio-Marquises N°46 en cliquant sur ce lien.

b) – Le travail sur l’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, les académiciens reprennent le travail sur l’application-dictionnaire qui se poursuit tout le reste de la journée. Ils vérifient la rectitude des définitions et des exemples trilingues et s’appliquent particulièrement à la recherche de synonymes pour les 80 premières entrées du dictionnaire.

La séance est levée à 18h00.

Nombre de visiteurs du site : 3445 ; + 80 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1175 ; + 27 en une semaine.

 

027 – 20/04/2021

Activités de la semaine passée : Travail sur l’application-dictionnaire

Du mercredi 14/04 au vendredi 16/04/2021, les membres de l’Académie son réunis à la Maison-mère afin de finaliser les 215 premières entrées du futur dictionnaire.

20210112 173037 Copy22 

Rappelons que cette application permettra de publier à terme :

a) – Un dictionnaire informatisé trilingue marquisien-français-anglais qui sera à portée de main sur le site internet de l’Académie.

b) – Un dictionnaire papier trilingue marquisien-français-anglais,

c) – Un dictionnaire informatisé monolingue marquisien-marquisien,

d) – Un dictionnaire papier monolingue marquisien-marquisien.

Chaque entrée, ou lemme, est illustrée de sa traduction, d’une définition et d’un exemple dans les trois langues. Chaque île y voit aussi apparaître la version de son parler s’il diffère des autres îles.

En dernier lieu, l’ensemble sera connecté à l’atlas linguistique de la Polynésie française, permettant à chaque île de mettre en valeur son vocabulaire spécifique.

Le mercredi après-midi, Sarah Vaki, académicienne de Fatuiva vient se joindre au groupe afin de charger l’application des rubriques propres au parler de son île.

Les séances durent chaque jour de 8h00 à 17h00, et se terminent le vendredi 16/04 ; les 215 lemmes de Fatuiva sont désormais complétés ; quelques rubriques restent encore à compléter pour certaines îles.


Journée du mardi 20/04/2021

1) - Radio-Marquises /Radio Te Òko nui

À partir de 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les mots tahitiens et français qui l’encombrent. Aujourd’hui, il s’agit des mots : òpani, tauà, mai te mea, mai te peu, ahani ; « poubelle, facture ».

On peut écouter l’émission de Radio-Marquises N°45 en cliquant sur ce lien.

2) – Le travail sur l’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, les académiciens reprennent le travail sur l’application-dictionnaire qui se poursuit tout le reste de la journée.

La séance est levée à 18h00. Le travail se poursuivra dès 8h00 ce jeudi 22/04.


Nombre de visiteurs du site : 3365 ; + 94 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1148 ; + 13 en une semaine.

 

026 – 13/04/2021


Activités de la semaine passée

1) - Tout au long de la période, les membres de l’Académie travaillent individuellement ou en binôme par île, et échangent des données en connexion avec l’application dictionnaire.

2) - Requêtes externes

a) – Pour une de leurs prochaines publications, les éditions Haere Pō de Tahiti demandent la vérification du nom marquisien d’un certain nombre d’oiseaux de l’archipel ; réponse leur est apportée par retour du courrier.

b) – Pour son travail sur l’histoire de l’art marquisien, Carol Ivory, professeure émérite de l’Histoire de l’Art à l’Université de l’état de Washington (USA), demande vérification d’un glossaire de 8 pages élaboré à l’occasion de l’exposition « Matahōata » de 2106 au musée du quai Branly-Jacques Chirac de Paris. Toti Teikiehuupoko se charge de l’opération.


Journée du mardi 13/04/2021

1) - Radio-Marquises /Radio Te Òko nui

À partir de 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les mots tahitiens et français qui l’encombrent. Aujourd’hui, il s’agit des mots : titià, tapeà, kōtara et « fuite, profiter, profiteur ». Teautaipi revient aussi sur les modifications orthographiques concernant la préposition MEI désormais écrite ME  I ; il poursuit avec l’emploi des particules possessives « TO » et « TA ».

On peut écouter l’émission de Radio-Marquises N°44 en cliquant sur ce lien.

2) – Le travail sur l’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, les académiciens reprennent la révision des listes de mots chargées dans l’application par les académiciens des autres îles ; cette activité prend tout le reste de la journée.

La séance est levée à 17h00.

Le travail se poursuivra dès 8h00 demain mercredi 14/04 ; dans l’après-midi, les académiciens seront rejoints par Sarah Vaki, académicienne de Fatuiva qui vient compléter les rubriques concernant le parler de son île natale.

Un nouveau compte-rendu sera publié à l’issue des travaux qui se poursuivront jeudi et vendredi.

Nombre de visiteurs du site : 3271 ; + 108 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1135 ; + 34 en une semaine.

 

025 – 06/04/2021


Activités de la semaine passée


*- Tout au long de la période,
les membres de l’Académie travaillent individuellement ou en binôme par île et échangent des données en connexion avec l’application dictionnaire.

*- Vendredi 31/03/2021, Hivaoa

À 13h30, à l'invitation d'Aline Heitaa-Archier, inspectrice du premier degré, Félicienne Heitaa et Christiane Gaubil, académiciennes de Hivaoa participent à une séance de traduction d'un ouvrage français en marquisien à destination des élèves des Marquises. Les autres participants sont tous les enseignants des îles de Hivaoa, Tahuata et Fatuiva ; l'ouvrage s'intitule « Chien Bleu ». Les participants sont répartis en groupes de deux ou trois. À 16h00, le travail est projeté pour vérification. La séance se termine à 16h45. Le texte de l’ouvrage sera vérifié ultérieurement par l’équipe pédagogique puis transmis à l’Académie pour validation.


Journée du mardi 06/04/2021


1) - Radio-Marquises /Radio Te Òko nui

À partir de 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les mots tahitiens et français qui l’encombrent. Aujourd’hui, il s’agit des mots : âamu, haaâamu, patoì, taake, haataake, tapura et « débrouiller » ; Teautaipi revient aussi sur les modifications orthographiques concernant la préposition MEI désormais écrite ME  I.

On peut écouter l’émission de Radio-Marquises N°43 en cliquant sur ce lien.


2) – Le corpus EPS de la circonscription pédagogique

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, les académiciens accueillent Audrey Tamarii, référente en numérique de l’éducation, avec laquelle ils examinent une dernière fois les 70 pages du document destiné à l’enseignement de l’EPS dans les écoles élémentaires de l’archipel. Une copie informatique du document lui est remise en mains propres.
Les échanges continuent sur l’emploi de certains mots particuliers de vocabulaire.

3) – Autres activités

*- À la requête de François Chassagne, ingénieur agronome de l’IRD venu en mission de recherche aux Marquises les mois précédents, une vidéoconférence est prévue lors de l’assemblée de l’Académie à Uapou, fin mai, au cours de laquelle celui-ci présentera le résultat de ses travaux. Les détails sont réglés par téléphone avec l’intéressé en instance de retour vers la métropole.

*- Les académiciens terminent la matinée par des activités administratives diverses nécessaires au bon fonctionnement de l’institution.


La séance est levée à 11h30. Les académiciens ne se réuniront pas le jeudi 08/04/2021 en raison d’une longue coupure de courant programmée ce jour-là.

Nombre de visiteurs du site : 3163 ; + 65 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1101 ; + 5 en une semaine.

 

024 – 30/03/2021


Activités de la semaine passée

*- Tout au long de la période, les membres de l’Académie travaillent individuellement ou en binôme par île et échangent des données en connexion avec l’application dictionnaire.

*- Vendredi 26/03/2021

À 13h30, à l'invitation d'Aline Heitaa-Archier, inspectrice du premier degré, les membres de l’Académie de Taiohae se rendent à la subdivision pédagogique afin de participer à une séance de traduction d'un ouvrage français en marquisien à destination des élèves des Marquises.
Les autres participants sont tous les enseignants de Nukuhiva, et l'ouvrage s'intitule « Achile (avec un seul « l ») et la rivière ». Les participants sont répartis en groupes de deux ou trois. À 16h00, le travail est projeté pour vérification. La séance se termine à 16h45. Le texte de l’ouvrage sera vérifié ultérieurement par l’équipe pédagogique puis transmis à l’Académie pour validation.


Journée du mardi 30/03/2021

1) - Radio-Marquises /Radio Te Òko nui

À partir de 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les mots tahitiens et français qui l’encombrent. Aujourd’hui, il s’agit des mots : peàpeà, ani (demander), tiàturi, faanaho et mauà (gaspiller).

On peut écouter l’émission de Radio-Marquises N°42 en cliquant sur ce lien.

2) – L’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, les académiciens se replongent dans le travail préparatoire à la publication du futur dictionnaire ; l’activité dure toute la matinée et l’après-midi, entrecoupée de périodes de visioconférence avec le directeur à Uapou.

La séance est levée à 17h00.

Nombre de visiteurs du site : 3098 ; + 98 en une semaine.

Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1096 ; +9 en une semaine.

À ce jour, ce compte-rendu hebomadaire est l'article du site le plus consulté avec 1050 lectures depuis octobre 2020. Merci à tous !

 

023 – 23/03/2021


1) - Activités de la semaine passée


a)- Jeudi 18/03/2021

À 8h00, les académiciens se retrouvent en petit comité à la Maison-mère.

*- Ils finalisent la traduction du formulaire de dépôt de plainte demandé par le greffe du tribunal de Taiohae et le font parvenir à son destinataire.

Ils s’emploient ensuite à un certain nombre de tâches annexes.

*- Ils rédigent un certain nombre de courriers à destination des services de l’éducation publique et privée afin de leur faire parvenir en mains propres les articles dernièrement publiés qui impactent la graphie et la grammaire marquisiennes.

*- Suite à la visite d’explication de la graphie faite aux enseignants de l’école Saint Joseph de Taiohae le vendredi 19/02/2021, il est décidé d’offrir au corps enseignant de l’établissement 10 exemplaires de « Mou Ponatekao », le 1er lexique français-marquisien de l’Académie.

*- Ils s’emploient à régler un certain nombre de détails concernant les divers aspects de fonctionnement de l’Académie.

La séance est levée à 11h00.

b) - Samedi 20/03/2021 de 8h00 à 12h00

En déplacement à Uapou, Teiki Huukena se réunit avec Toti Teikiehuupoko afin de faire progresser le chargement de données de vocabulaire dans l’application-dictionnaire. Avant de passer entre les mains de l’informaticien qui les entrera définitivement, le directeur se doit de vérifier la conformité des exemples et la rectitude de la langue.


2) - Journée du mardi 23/03/2021

a) - Radio-Marquises /Radio Te Òko nui

À partir de 7h00, Teiki Huukena se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’expliquer l’importance de l’ancien parler Taipi au sein de la langue marquisienne.

On peut écouter cette émission N°42 en cliquant sur ce lien.

b) – Le reste de la matinée est occupé à diverses tâches administratives d’importance.

La séance est levée à 11h30. En raison d’une coupure générale de courant prévue le jeudi 25 de 8h00 à midi, il n’y aura pas de réunion ce jour-là. Les Académiciens se retrouveront le mardi30/03/2021 à 7h30.

*- Nombre de visiteurs du site : 3000 ; + 201 en une semaine.
*- Nombre d’abonnés à la page Facebook : 1087 ; + 5 en une semaine.

 

022 – 16/03/2021

Activités de la semaine passée

Suite à l’assemblée plénière du 07/03 au 11/03, trois articles de fond ont été publiés pendant le weekend sur le site internet et la page Facebook de l’Académie ; ils doivent permettre à tous de se familiariser avec certains points de la langue jusqu’ici restés dans l’ombre.

On peut retrouver ces trois articles en cliquant sur ce lien.


1) - Journée du mardi 16/03/2021


a) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Exceptionnellement, cette semaine, en raison d’un deuil familial, Teautaipi Teikitekahioho n’est pas en mesure d’assurer son émission habituelle de correction de la langue. Nous pensons bien à lui.

C’est Teiki Huukena qui se déplace dans les deux stations de radio de Taiohae afin d’expliquer aux auditeurs le fonctionnement de notre application-dictionnaire. On peut écouter ces deux émissions en cliquant sur le lien ci-après. La 1ère, N° 039, en langue française, est enregistrée à Radio Marquises ; la 2ème, N° 040, est enregistrée en langue marquisienne à Radio Te Òko nui.

Cliquer ici pour écouter les émissions 039 et 040.

b) – Autres activités à la Maison-mère

* - L’application-dictionnaire

Un groupe d’académiciens poursuit le travail de vérification commencé lors de notre assemblée générale de la semaine passée.

b) - Un 2ème groupe traduit en marquisien des textes officiels émanant du tribunal de Taiohae qui sont ensuite expédiés au directeur pour validation. Ce même groupe traite ensuite des relations avec les institutions qui doivent être prévenues officiellement des modifications orthographiques adoptées lors de la dernière assemblée.

Décision est aussi prise d’offrir 10 exemplaires du lexique académique « Mou Ponatekao » à l’école Saint Joseph de Taiohae qui, en raison de son statut contractuel, n’en n’avait pas bénéficié lors de la distribution aux écoles publiques.

Les académiciens se réuniront à nouveau ce jeudi 18/03 pour traiter les sujets du jour.

La séance est levée à 15h00.


021 - 11/03/2021 : Compte rendu de l'assemblée plénière de l'Académie du 07/03 au 11/03/2021 à Taiohae


020 – 02/03/2021


Activités de la semaine passée


1) - Le jeudi 25/02/2021

a) – Travail sur le dictionnaire

À 07h30, les académiciens se réunissent à la Maison-mère afin de poursuivre le travail de vérification des listes de mots du futur dictionnaire commencée le mardi précédent.

b) - Vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

À 11h00, le travail reprend sur les fiches EPS et les académiciens terminent la dernière de la liste ; une ultime session sera nécessaire pour uniformiser les différentes propositions. La séance est levée à 14h30.

2) – Tous les jours : travail sur l’application-dictionnaire

Chaque jour, deux listes de 10 mots chacune sont crées avec les rubriques à remplir ; elles sont expédiées aux académiciens qui les complètent et les retournent à la Maison-mère où les listes de la semaine seront examinées le mardi en comité de lecture avant d’être transmises à l’informaticien qui les inscrira dans l’application pour publication.

Des échanges ont aussi lieu par visioconférence entre les membres éloignés de l’Académie.

Il est aussi à signaler que, grâce à son site internet et à sa page Facebook, l’Académie reçoit quotidiennement des demandes émanant de journalites, d’historiens, d’anthropologues, d’ingénieurs agronomes ou d’écrivains en quête de renseignements ayant trait à leurs domaine d’activité. Dans la mesure du possible, nous leur venons en aide en leur demandant de nous tenir informés des résultats de leurs travaux.

Journée du mardi 23/02/2021


1) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Dès 7h00, Teautaipi se rend à Radio-Marquises afin de poursuivre son travail de sensibilisation auprès des auditeurs marquisiens auxquels il propose des mots de leur langue destinés à remplacer les mots tahitiens et français qui l’encombrent ; aujourd’hui il s’intéresse au remplacement des mots suivants : tapaò, pinepine, titià, haere/hare ; « guide sanitaire, vaccin, virus, microbe, robinet, glacière, formation, cheval » ainsi que le nom traditionnel des parties de la journée.

À 7h45, il se rend à Radio « Te Òko nui » pour y conduire la même activité. Cette répétition est causée rendue nécessaire par le fait que les deux radios n’ont pas le même public et qu’elles sont captées de manière inégale à travers l’archipel. Néanmoins, cette double activité prend du temps sur la matinée de travail et, désormais, les émissions seront plus courtes.

En cliquant sur ce lien, on peut écouter l’émission de ce jour, N° 36


2) – Activités à la Maison-mère : L’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, le reste de la journée est consacré à la vérification des 95 derniers mots travaillés par l’ensemble des académiciens au cours de la semaine.

Avant de lever la séance, les académiciens établissent un projet d’ordre du jour pour la prochaine assemblée qui se tiendra à Taiohae du lundi 08/03 au jeudi 11/03/2021. Il est envoyé au directeur pour avis.

La séance est levée à 16h00 mais les académiciens se retrouveront à la Maison-mère le jeudi 04/03 dès 7h30 afin de finaliser la vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

 

019 - 23/02/2021

Activités de la semaine passée


1) – Le mercredi 17/02/2021 : Séance de traduction à la Circonscription pédagogique des îles Marquises

À 13h30, à l’invitation de Madame Aline Heitaa-Archier, inspectrice du premier degré, les académiciens se rendent à la Circonscription pédagogique des îles Marquises afin de participer à une séance de traduction en marquisien d’ouvrages de littérature enfantine française à destination des élèves des Marquises.

Ce jour-là, en séminaire toute la semaine, l’ensemble des directeurs d’école de l’archipel est présent ; en préambule, on présente à l’assistance le magnifique projet de site internet de la Circonscription qui selon les mots de l’inspectrice devrait participer à « neutraliser l’isolement » dans lequel se trouvent, de fait, les écoles et les écoliers des Marquises.

Ensuite, répartis en groupes de 3 ou 4, l’activité des participants porte sur la traduction de deux ouvrages. En fin de séance, le travail de chaque groupe est présenté à tous ; il sera complété et corrigé par l’équipe pédagogique. La séance est levée à 17h00.


2) - Le jeudi 11/02/2021 : Vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

À 7h30, les académiciens se réunissent à la Maison-mère afin de faire avancer le travail commencé lors de notre dernière session à Atuona et poursuivi régulièrement depuis lors de nouvelles réunions spécifiques.

À 10h30, il reste encore quelques fiches à revoir mais ils doivent se replonger dans la liste des 60 mots du futur dictionnaire commencée le mardi précédent afin de la finaliser ce qui est fait à 12h00. Fin de séance.


3) – Le vendredi 19/02/2021 à 7h30 : Séance de travail avec les enseignants de l’École Saint Joseph de Taiohae.

À l’invitation du directeur, Monsieur Jérôme Otto, les académiciens se rendent dans l’établissement afin de présenter la graphie académique au personnel enseignant et non-enseignant qui sont en journée pédagogique. Ils bénéficient ainsi des dernières mises à jour orthographiques présentées sur le site internet de l’Académie dans l’article consultable en suivant le lien :

Graphie académique


4) – Tous les jours : travail sur l’application-dictionnaire

Chaque jour, deux listes de 10 mots chacune sont crées avec les rubriques à remplir ; elles sont expédiées aux académiciens qui les complètent et les retournent à la Maison-mère où les listes de la semaine seront examinées le mardi en comité de lecture avant d’être transmises à l’informaticien qui les inscrira dans l’application pour publication.

Des échanges ont aussi lieu par visioconférence entre les membres éloignés de l’Académie.


Journée du mardi 23/02/2021


1) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Dès 7h00, Teautaipi se rend à Radio-Marquises afin de poursuivre son travail de sensibilisation auprès des auditeurs marquisiens auxquels il propose des mots de leur langue destinés à remplacer les mots tahitiens et français qui l’encombrent ; aujourd’hui il s’intéresse au remplacement des mots suivants : « paura, paruru, taime, haataime » et « ifo/il faut… ».
À 7h45, il se rend à Radio « Te Òko nui » pour y conduire la même activité. Cette répétition est causée rendue nécessaire par le fait que les deux radios n’ont pas le même public et qu’elles sont captées de manière inégale à travers l’archipel.
Néanmoins, cette double activité prend du temps sur la matinée de travail et, désormais, les émissions seront plus courtes, sans révision.

En cliquant sur ce lien, on peut écouter l’émission de ce jour, N° 35.


2) – Activités à la Maison-mère : L’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la Maison-mère, le reste de la journée est consacré à la vérification des 82 derniers mots travaillés par l’ensemble des académiciens au cours de la semaine.

Avant de lever la séance, les académiciens établissent un projet d’ordre du jour pour la prochaine assemblée qui se tiendra à Taiohae du lundi 08/03 au jeudi 11/03/2021.

La séance est levée à 17h00 mais les académiciens se retrouveront à la Maison-mère le jeudi 25/02 dès 7h30 afin de continuer le travail de révision et de correction des listes ; ils tenteront aussi de finaliser la vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

 

018 - 16/02/2021


Activités de la semaine passée

1) - Le jeudi 11/02/2021 : vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

À 7h30, les académiciens se réunissent à la Maison-mère afin de faire avancer le travail commencé lors de notre dernière session à Atuona et poursuivi régulièrement depuis lors de nouvelles réunions spécifiques. Le travail se poursuit jusqu’ à midi ; il reste encore quelques fiches à revoir.

2) – Le vendredi 12/02/2021

De 8h00 à 11h00, les académiciens sont réunis à la Maison-mère afin de réorganiser le travail de collecte des données pour l’application dictionnaire ; chacun recoit une série de rubriques bien définies à remplir qui seront centralisées le mardi 16/02 pour validation.

3) – Tous les jours : travail sur l’application-dictionnaire

Chaque jour, deux listes de 10 mots chacune sont crées avec les rubriques à remplir ; elles sont expédiées aux académiciens qui les complètent et les retournent à la Maison-mère où les listes de la semaine seront examinées en comité de lecture avant d’être transmises à l’informaticien qui les inscrira dans l’application pour publication. Des échanges ont aussi lieu par visioconférence entre les membres éloignés de l’Académie.


Journée du mardi 16/02/2021


1) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Dès 7h00, Teautaipi se rend à Radio-Marquises afin de poursuivre son travail de sensibilisation auprès des auditeurs marquisiens auxquels il propose des mots de leur langue destinés à remplacer les mots tahitiens et français qui l’encombrent ; aujourd’hui il s’intéresse au remplacement des mots suivants : painu, tapaò, faufaa et « kopre/complet ».

Avant cela, comme chaque semaine, il commence l’émission par une révision des mots proposés la semaine passée.

À 8h00, il se rend à Radio « Te Òko nui » pour y conduire la même activité. Cette répétition est causée rendue nécessaire par le fait que les deux radios n’ont pas le même public et qu’elles sont captées de manière inégale à travers l’archipel.

En cliquant sur ce lien, on peut écouter l’émission de ce jour en 2 parties, N° 33 et N° 34.


2) – Activités à la Maison-mère : L’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la maison-mère, le reste de la journée est consacré à la vérification des 72 derniers mots travaillés par l’ensemble des académiciens au cours de la semaine.

La circulation des données a été modifiée par souci de rentabilisation du temps de travail de chacun.

Une fois établies à la Maison-mère, les listes de 10 mots se voient désormais agrémentées d’une définition et d’un exemple en parler de Nukuhiva ; ces listes partent ensuite à Ua Pou afin d’y être complétées par les académiciens de l’île. Puis elles reviennent à Nukuhiva où y sont apportées les traductions anglaises lors d’une relecture globale. Elles partent ensuite vers le gestionnaire du projet qui complète les nombreuses rubriques annexes afin de les faire parvenir à l’informaticien qui les entrera dans l’application à partir de laquelle les académiciens des autres îles pourront y apporter leur contribution.

La séance est levée à 16h00 mais les activités ne cessent pas pour autant :


1) – Le mercredi 17/02 à 14h00, les académiciens se rendront à la Circonscription pédagogique des îles Marquises afin de participer à une séance de travail avec l’inspectrice et les enseignants sur la traduction en marquisien d’ouvrages de littérature enfantine à destination des élèves des Marquises.

2) – Le jeudi 18/02/2021, les académiciens se réuniront à nouveau à la Maison-mère en espérant achever le travail de vérification des fiches de corpus EPS provenant de la Circonscription pédagogique des îles Marquises.Ils termineront aussi la vérification des derniers mots de la liste commencée le mardi 16/02/2021.
À 13h00, ils seront présents pour l’installation de la fibre optique dans leurs locaux, facilitant ainsi la communication par visioconférence entre les académiciens des différentes îles.

3) – Le vendredi 19/02/2021 à 7h30, à l’invitation du directeur de l’École Saint Joseph, les académiciens se rendront dans l’établissement scolaire afin de présenter la graphie académique au personnel enseignant et non-enseignant qui seront réunis en journée pédagogique.

 

017 - 09/02/2021

Activités de la semaine passée


1) - Le jeudi 04/02/2021 : vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

À 7h30, les académiciens se réunissent à la Maison-mère afin de faire avancer le travail qui avait été commencé lors de notre dernière session à Atuona et poursuivi au cours de nouvelles réunions spécifiques. Le travail se poursuit jusqu’ à midi ; il reste encore quelques fiches à revoir avant d’y mettre un terme dans les prochains jours.

2) – Le vendredi 05/02/2021, à Atuona

À l’invitation de l’inspectrice du premier degré des Marquises, Félicienne Heitaa, une des académiciennes de Hivaoa se rend au CSP d’Atuona afin de participer à une séance du comité de lecture des œuvres littéraires françaises traduites en marquisien à destination des élèves des Marquises. Il s’agit de mettre le vocabulaire des ouvrages en conformité avec celui de l’île qui voit ainsi son propre parler mis en valeur dans les livres utilisés par ses écoliers ; deux ouvrages sont concernés ce jour-là. La séance est très animée et s’étend de 13h00 à 16h00.

3) – Tous les jours : travail sur l’application-dictionnaire

Chaque jour, deux listes de 10 mots chacune sont crées avec les rubriques à remplir (et déjà expliquées antérieurement : traductions, exemples en 3 langues, etc.) ; elles sont expédiées aux académiciens qui les complètent et les retournent à la Maison-mère où les listes de la semaine sont examinées en comité de lecture avant d’être transmises à l’informaticien qui les inscrit dans l’application pour publication. Des échanges ont aussi lieu par visioconférence entre les membres éloignés de l’Académie.

Journée du lundi 08/02/2021


Arrivé de Uapou le dimanche 07/02/2021, Toti Teikiehuupoko, directeur de l’Académie, est à Taiohae afin de participer aux séances de travail qui vont permettre, entre autres, de revenir sur un certain nombre de points non abordés lors de la session de janvier à Atuona.

1) – Travail sur des points de langue :

a) – Les bisyllabiques dont la voyelle est marquée d’un macron, soit qu’il s’agisse d’une réduplication (pūpū, pōpō, tūtū, etc.), soit qu’il s’agisse de mots ne subissant aucune modification d’intonation hors contexte ou en contexte (kākī, kōpū, etc.)

b) – La présence, ou non, de la préposition « i » introduisant les compléments directs : « A pā te puta ! » « Ua pā te mahaì i te puta o to īa pāòto. »)

Les sujets requièrent un approfondissement qui sera publié ultérieurement.

2) – Travail sur le dictionnaire :

Les académiciens examinent un certain nombre d’exemples illustrant les entrées déjà opérées afin d’y apporter des précisions ; certains mots ayant plusieurs sens, il faut donner un exemple pour chaque sens, puis voir comment traduire en français et en anglais.

3) – Travail de vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

Les académiciens entreprennent l’uniformisation du vocabulaire extrait des fiches afin d’en choisir les meilleures versions ; ils apportent de nouveaux vocables au besoin. Tout ce vocabulaire sera ultérieurement intégré au dictionnaire. L’occasion est saisie pour définir un certain nombre de mots-outils de la métalangue concernant les catégories de noms (nom commun, nom propre, etc.)

4) – L’orthographie de MEI et ME… I

Le mot MEI a plusieurs sens et plusieurs usages en marquisien ; il y a MEI/MEÌ, le fruit à pain ; il y a MEI, qui sert à traduite « faillir » ; il y a MEI dans les énumérations. Enfin, il y a MEI, préposition de lieu dont la graphie fait débat depuis longtemps. En effet, ce mot a toujours été écrit MEI parce que les étrangers qui ont écrit la langue en premier l’ont écrit MEI. En réalité, cette préposition doit s’écrire ME…I et l’académie produira sous peu un article de fond donnant toutes les explications nécessaires à la bonne compréhension de cette modification majeure.

5) – Vocabulaire de la Santé

Les académiciens traduisent une courte liste de vocabulaire réclamé par la Cellule de Prévention de la Santé des Marquises-sud ; le document est envoyé par mail le jour même ainsi qu’à la Cellule de Nukuhiva.

La journée se termine à 19h00.

Journée du mardi 09/02/2021


1) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Dès 7h00, Teautaipi et Toti se rendent à Radio-Marquises afin de bien faire comprendre aux auditeurs la nature du travail effectué par les membres de l’Académie sur le futur dictionnaire. Toti se félicite des émissions hebdomadaires au cours desquelles Teautaipi incite les Marquisiens à rejeter les mots tahitiens et français en faveurs de mots marquisiens équivalents. Il se réjouit aussi de voir le succès obtenu par le site internet et la page Facebook de l’Académie. En effet, depuis octobre 2020, le site a reçu 2200 visiteurs tandis que la page Facebook vient de fêter son 1000ème abonné avec près de 8000 visiteurs chaque mois. Toti termine en encourageant les auditeurs amoureux de leur langue, particulièrement les jeunes, à se rapprocher de l’Académie pour s’y impliquer ; il rappelle aussi que tout le travail effectué par les membres de l’Académie est bénévole.
À 7h40, les deux académiciens se rendent à Radio « Te Òko nui » pour y conduire la même activité. Cette répétition est causée par un souci d’efficacité ; elle est rendue nécessaire par le fait que les deux radios n’ont pas le même public et qu’elles sont captées de manière inégale à travers l’archipel.

En cliquant sur ce lien, on peut écouter l’émission de ce jour N° 32.


2) – Travail sur le dictionnaire

Tout le reste de la journée est consacré à vérifier une cinquantaine d’entrées avec leurs traductions, définitions et exemples dans les trois langues (marquisien, français, anglais). Toti quitte l’Académie à 15h30 pour rentrer à Uapou mais le travail continue jusqu’à 17h00.
Les académiciens se réuniront à nouveau le jeudi 11/02/2020 avec l’espoir de finaliser le travail de vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

Bonne semaine à tous ! Ia meitaì tātou paotū !

 

016 – 02/02/2021


Activités de la semaine passée


1) - Mercredi 27/01/2021 : visite des archives de l’évêché de Taiohae

À l’invitation du Père Paul Lejeune, archiviste de la congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et Marie, dont les prêtres et l’évêque des Marquises sont tous issus, deux membres de l’Académie se rendent à l’évêché afin de se faire présenter les documents manuscrits ou imprimés laissés par Mgr Dordillon et ses collaborateurs.

Depuis son arrivée il y a trois ans, le Père Paul Lejeune s’est attelé au recensement et au classement de nombreux documents ; il sait que nous préparons un dictionnaire et tient à nous présenter une demi-douzaine d’ouvrages manuscrits auxquels on ne peut avoir accès qu’en portant des gants tant ils sont fragiles et dégradés.

Le plus ancien de ces documents date de 1856 ; c’est un dictionnaire marquisien-français manuscrit de 840 pages écrites de la main de Mgr Dordillon. Il l’avait emporté avec lui lorsqu’il partit à Valparaiso au Chili en octobre 1856 afin d’y être ordonné évêque en février 1857 ; c’est là qu’il avait pu le faire imprimer pour la première fois.

Vient ensuite un ensemble de 9 grands cahiers dictionnaires marquisien-français datant de 1863 et comptant 800 pages manuscrites aussi. Puis, on nous présente un dictionnaire manuscrit français-marquisien de 1851 pages. Deux autres dictionnaires manuscrits français-marquisien du Père Pierre Chaulet viennent compléter la présentation : un premier ouvrage intitulé « Idiomes de Nukuhiva » et un deuxième intitulé « Idiomes de la Dominique » (Hivaoa) qui contient 6075 entrées.

Au fil des observations, les membres de l’Académie comparent diverses entrées portées dans ces ouvrages antiques avec les dictionnaires Dordillon de 1931 et 1932, et ils constatent, parfois à la lettre près, que ces derniers reprennent l’œuvre de compilation effectuée par l’ancien évêque et ses collaborateurs. Les ouvrages conservés à l’évêché sont donc les outils de travail préliminaire aux publications beaucoup plus tardives des ouvrages concernés.

Pour certains mots particuliers, il eût été souhaitable de pouvoir consulter ces ouvrages par la suite, mais leur mauvais état ne permet pas, pour l’instant, d’y avoir accès.

Néanmoins, à la requête des membres de l’Académie, le Père Paul Lejeune ouvre les portes d’une armoire dont les étagères sont couvertes d’ouvrages en tout genre, publications de la Mission des îles Marquises depuis les années 1840. Ces ouvrages seront accessibles dans les conditions qui en permettront la préservation.

Les académiciens remercient le Père Paul Lejeune de cette présentation qui ouvre à l’Académie la possibilité d’utiliser au bénéfice de la langue marquisienne d’aujourd’hui les nombreux travaux exécutés par les membres de la Mission catholique dans le passé.

2) - Le jeudi 21/01/2021 : vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

À 7h30, les académiciens se réunissent à la Maison-mère afin de faire avancer le travail qui avait été commencé lors de notre dernière session à Atuona et poursuivi au cours de nouvelles réunions spécifiques.

Deux groupes différents ayant œuvré sur deux dossiers différents, il est devenu nécessaire de comparer les choix effectués et de sélectionner les entrées de vocabulaire qui seront définitivement et uniformément utilisées par tous.

Dans ce but, la totalité des mots est extraite des fiches et reportée dans un liste Word normalisée où figurent les mots marquisiens suivis de leur traduction française. Ces listes sont ensuite exportées vers un module permettant de classer ces listes dans des colonnes qui peuvent être inversées, procurant ainsi une nouvelle liste où les mots français sont suivis de leur traduction marquisienne et classés alphabétiquement. Le travail de sélection peut alors commencer, et les listes sont prêtes pour une intégration prochaine au futur dictionnaire.

3) – Le weekend du samedi 30/01 et du dimanche 31/01

Tout au long du weekend, des visioconférences se tiennent entre la Maison-mère et les académiciens de Tahuata, Fatuiva, Hivaoa, Uapou, Uahuna et notre consœur de Tahiti afin de préciser les modalités d’entrée dans l’application-dictionnaire des données spécifiques au parler de chaque île.

Un autre groupe d’académiciens est chargé de progresser dans l’entrée de nouveaux lemmes par série de 10 en se concentrant sur les définitions et les exemples en français et en anglais ; ces listes sont ensuite envoyées à une autre équipe pour y entrer les parties en marquisien.

Le travail de vérification générale sera effectué le mardi suivant à la maison-mère.


Journée du mardi 02/02/2021


1) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Dès 7h00, Teautaipi se rend à Radio-Marquises afin de poursuivre son travail de sensibilisation auprès des auditeurs marquisiens auxquels il propose des mots de leur langue destinés à remplacer les mots tahitiens et français qui l’encombrent ; aujourd’hui il s’intéresse au remplacement des mots suivants : painu, tapaò, faufaa et « kopre/complet ».

Avant cela, comme chaque semaine, il commence l’émission par une révision des mots proposés la semaine passée, et il la termine sur des exemples de traduction de « comme, comme si ».

À 8h00, il se rend à Radio « Te Òko nui » pour y conduire la même activité. Cette répétition est causée par un souci d’efficacité ; elle est rendue nécessaire par le fait que les deux radios n’ont pas le même public et qu’elles sont captées de manière inégale à travers l’archipel.

En cliquant sur ce lien, on peut écouter l’émission de ce jour en 2 parties : N° 30 et N° 31


2) – Activités à la Maison-mère : L’application-dictionnaire

Au retour de Teautaipi à la maison-mère, le reste de la journée est consacré à la vérification des 115 derniers mots travaillés par l’ensemble des académiciens au cours de la semaine.

Comme déjà expliqué, pour chaque mot marquisien, il faut vérifier sa traduction en français et en anglais, sa définition en marquisien, français et anglais, ainsi qu’un exemple dans les trois langues.

La séance est levée à 16h00 ; les académiciens se réuniront à nouveau le jeudi 04/02 afin d’avancer sur le travail de vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

 

015 – 26/01/2021


Activités de la semaine passée


1) - Le jeudi 21/01/2021 à 7h30, les académiciens se réunissent à la Maison-mère afin de faire avancer deux activités :


a) - La vérification des fiches de corpus EPS
provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises. Le travail avait été commencé lors de notre dernière session à Atuona et poursuivi au cours de nouvelles réunions spécifiques. En raison de la densité du dossier, un minutieux travail de vérification est nécessaire afin de choisir des mots qui seront employés définitivement dans le futur par tous les enseignants et les élèves de l’archipel. Pour l’instant, la moitié des fiches a été vérifiée et plusieurs séances supplémentaires seront nécessaires à la finalisation de ce travail.

b) – Le travail sur l’application-dictionnaire : Le travail d’entrée de données se poursuit selon une technique de plus en plus affinée. Pour rappel, celles-ci sont entrées en marquisien, en français et en anglais ce qui permet à chacun d’apporter son éclairage et sa contribution au gré de ses aptitudes. La séance est levée à 13h30.


2) – Le weekend du samedi 23/01 et du dimanche 24/01

Tout au long du weekend, des visioconférences se tiennent entre la Maison-mère et les académiciens de Tahuata, Fatuiva, Hivaoa, Uapou, Uahuna et notre consœur de Tahiti afin de préciser les modalités d’entrée dans l’application-dictionnaire des données spécifiques au parler de chaque île. Désormais, les académiciens se réunissent chaque semaine sur leur île respective afin de rentabiliser ce travail qui réclame de la technique et de la précision dans le détail.


Journée du mardi 26/01/2021


1) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Dès 7h00, Teautaipi se rend à Radio-Marquises afin de poursuivre son travail de sensibilisation auprès des auditeurs marquisiens auxquels il propose des mots de leur langue destinés à remplacer les mots tahitiens et français qui l’encombrent ; aujourd’hui il s’intéresse au remplacement des mots suivants : faaara, auaha, opuà, opuàraa/opuàìa ainsi que « confiance » et « parce que ». Avant cela, comme chaque semaine, il commence l’émission par une révision des mots proposés la semaine passée et, en fin d’émission, il revient sur la traduction des mots : téléphoner, internet, connexion, commander, ordonnance, obligé, sinon, TV, télécommande, permis.

À 8h00, il se rend à Radio « Te Òko nui » pour y conduire la même activité. Cette répétition est causée par un souci d’efficacité ; elle est rendue nécessaire par le fait que les deux radios n’ont pas le même public et qu’elles sont captées de manière inégale à travers l’archipel.

On peut écouter l’émission de ce jour N° 29 en cliquant sur ce lien.


2) – Activités à la Maison-mère


a) – Divers : En attendant le retour de Teautaipi, les membres présents se livrent à des activités annexes en relation avec la gestion globale de l’Académie (courrier urgent, dossier internet, contacts variés, projets contractuels).


b) – L’application-dictionnaire : Au retour de Teautaipi, le travail reprend sur l’application-dictionnaire qui se voit ainsi augmentée de 56 entrées vérifiées et corrigées. Une page de 10 nouvelles entrées est ensuite achevée qui devra être transmise aux autres membres afin d’être augmentée et vérifiée le plus rapidement possible.

Cette activité occupe la plus grande partie de la journée.

c) - Les fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises. À partir des documents vérifiés, une procédure d’extraction du vocabulaire nouveau est entamée afin de le récupérer, de le normaliser et de le classer dans le but de l’inclure au plus tôt au futur dictionnaire. La même opération est réalisée sur la traduction effectuée à Hivaoa du vocabulaire spécifique aux ateliers de formation professionnelle du CJA d’Atuona.

La séance est levée à 16h00 ; les académiciens se réuniront à nouveau le jeudi 28 afin d’avancer sur le travail de vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises. Le travail sur l'application-dictionnaire se poursuit de jour en jour...


014 – 19/01/2021

Tout d’abord, un grand merci aux fidèles lecteurs de ce compte-rendu hebdomadaire.

En effet, vous avez été nombreux à vous tenir informés régulièrement des activités de l’Académie marquisienne. Depuis le début septembre 2020, de tous les articles publiés sur notre site, avec ses 600 lecteurs cumulés, c’est ce document qui a été le plus consulté. Cela nous conforte dans notre désir de vous maintenir au plus proche de notre travail, dans notre conviction de ce qu’il est crucial pour la survie et l’avenir de la langue marquisienne et dans notre certitude que nombreux sont ceux qui, tout comme vous, s’en inquiètent.

Comme vous pourrez le constater dans les lignes qui suivent, cette semaine établit un tournant décisif dans la concrétisation de nos efforts qui marque le début d’une longue période d’activité intense pour tous les membres de l’Académie.

1) - Activités de l’Académie depuis la réunion du 12/01/2021


a) – Dès le mercredi 13/01/2021, suite à la quasi finalisation de l’application-dictionnaire, les premières entrées de vocabulaire y sont effectuées.

Pour ceux que cela intéresse, les entrées de vocabulaire se nomment « lemmes », ou « unités lexicales constitutives d’une langue ». En effet, en l’occurrence, le « mot » est insuffisant car il peut recouvrir des homonymes qui sont des « lemmes » différents.

Par exemple, le mot « èo » requiert deux lemmes : èo = langue/èo = voix.

Comme précisé par le passé, le but de l’Académie marquisienne est de produire, dans un futur proche, un dictionnaire français-marquisien/marquisien-français en ligne, un dictionnaire anglais-marquisien/marquisien-anglais en ligne et un dictionnaire monolingue (marquisien-marquisien) en ligne.

Ces trois modules seront aussi reliés à la banque de données linguistiques Pollex qui regroupe toutes les langues du Pacifique, permettant ainsi à tous de trouver l’origine et l’étymologie d’un grand nombre de mots marquisiens. Le tout sera aussi connecté à l’atlas linguistique de Polynésie française indiquant ainsi l’île sur laquelle ces mots sont en usage ou pas.

Finalement, l’application-dictionnaire est aussi conçue pour permettre l’impression papier de ces trois dictionnaires le plus tôt possible.

Comment se déroule la gestion des lemmes :

Il faut d’abord entrer un mot marquisien, puis entrer sa traduction en français et en anglais, puis la définition dans les 3 langues ; il faut aussi donner un exemple dans les 3 langues, donner des exemples en marquisien pour chacune des 6 îles et définir l’île d’origine du mot.

Pour 10 lemmes, compter 2h30, une série le matin, une autre l’après-midi ; vérification le mardi suivant ; expédition à l’informaticien ; publication sur le site si tout se passe comme prévu…

b) – Le jeudi 14/01/2021, les membres de l’Académie se sont réunis à la maison-mère afin de progresser dans la vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises ; le travail avait été commencé lors de notre dernière réunion à Atuona ; en raison de sa densité, il sera finalisé ultérieurement.

En effet, comme précisé précédemment, il s’agit d’un dossier pédagogique complet de 50 pages détaillant les activités d’EPS des différents niveaux de l’enseignement élémentaire ; les membres de l’équipe pédagogique ont pris le soin de tout traduire en marquisien et il nous revient maintenant de tout vérifier et de faire des propositions.


2) - Journée du mardi 19/01/2021


a) – Radio-Marquises et Radio « Te Òko nui »

Pour la première fois, afin de faire profiter le plus possible d’auditeurs des conseils prodigués par l’Académie, Teautaipi Teikitekahioho se rend dans les deux stations de Taiohae ; de 7h00 à 7h40, il est à Radio-Marquises d’où il se rend à Radio « Te Òko nui » de 7h50 à 8h30.

Comme d’habitude, il se charge d’encourager les Marquisiens à remplacer par des mots de leur langue les vocables tahitiens et français qui l’encombrent. Voici les mots qu’il a choisi aujourd’hui : titau, tu’e, turu/tauturu ; rendez-vous, « raté te poti ».

Étant donné que les deux émissions sont la répétition l’une de l’autre, par soucis de réactivité et de simplicité, seule l’émission de Radio-Marquises N° 28 est disponible en cliquant sur ce lien.

Dans un proche futur, toutes les émissions seront remastérisées et distribuées aux radios afin d’être rediffusées le plus souvent possible.


b) – Travail sur l’application-dictionnaire

Pour la toute première fois, les académiciens se penchent sur les 90 mots qui ont été intégrés depuis le semaine dernière aux tableaux dans lesquels ils sont illustrés de leurs traductions, exemples et définitions, le tout en marquisien, français et anglais.

Il s’agit d’un long travail de vérification et de correction qui prend toute la journée à la fin de laquelle un certain nombre de mots seulement sont validés. En conséquence, au fil de la journée, les techniques de collecte des données sont simplifiées afin d’en accélérer le processus. Les tâches sont réparties selon les compétences de chacun, et les académiciens se donnent rendez-vous à la semaine prochaine pour faire le point du travail effectué.

210119 1 acad
Les membres de l'Académie marquisienne à l'action ce mardi 19/01/2021

La séance est levée à 18h30 mais les académiciens se réuniront à nouveau jeudi prochain 21/01/2021 afin de continuer le travail de vérification des fiches de corpus EPS provenant de la circonscription pédagogique des îles Marquises.

 

013 – 12/01/2021


1) - Depuis le retour de l’assemblée plénière à Atuona


a) - Les membres de l’Académie procèdent à de nombreux échanges par courriel afin de préciser des éléments de vocabulaire encore incertains.

b) - L’informaticien chargé de réaliser l’application-dictionnaire est sollicité tous les jours afin de répondre aux vœux formulés par l’Académie.

c) - Les membres de Nukuhiva se réunissent le lundi 11/01 à la Maison-mère afin d’examiner l’avancée du projet et d’y apporter les modifications nécessaires.

d) - En provenance de la Cellule de Promotion de la Santé des Marquises, l’Académie reçoit à compléter une liste de noms de plantes médicinales ou potagères dont le nom est incertain ou inconnu en marquisien.

e) – En provenance de l’Université de Mānoa, Honolulu, Hawaii, l’Académie a reçu une invitation à participer à l'ICLDC 2021 (La 7ème Conférence internationale sur la Documentation et la Préservation des langues) qui se tiendra par visioconférence du 04 au 07/03/2021. La participation de l’Académie sera décidée après concertation.


2) – Journée du mardi 12/01/2021


a) – Radio-Marquises

Dès 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se rend à Radio-Marquises afin de proposer aux auditeurs les mots marquisiens qui conviennent pour remplacer les mots tahitiens et français qui encombrent la langue. Après une révision des mots de la semaine passée, les mots proposés cette semaine sont : hiòpoà, anoì, anohi, pootia, kanié (gagner) me pasé (passer). Teautaipi propose ensuite la traduction des mots français : témoin, signer, signature. En fin d’émission, Teautaipi porte à l’attention des auditeurs le mot « hinenaò » fréquemment employé pour traduire « aimer » mais qui ne convient que pour les relations de couple ; une réflexion généralisée sur la notion de « Gouts et dégouts » sera bientôt menée par l’Académie afin d’éclaircir ce point crucial de vocabulaire.

20210112 075328 Copy

Teautaipi Teikitekahioho avec Sophie Huukena de Radio-Marquises, après l'émission

En raison de sa longueur, l’émission est en deux parties N° 026 et N° 027 que l’on peut écouter en cliquant sur ce lien.


b) – Travail sur l’application-dictionnaire de l’Académie

Il faut se souvenir que le projet en jeu doit permettre à tous les académiciens d’entrer des données balisées qui, à plus ou moins court terme, serviront à réaliser :

*- un dictionnaire français/marquisien et marquisien/français en ligne,

*- un dictionnaire trilingue marquisien/français/anglais en ligne,

*- un dictionnaire français/marquisien et marquisien/français sur papier,

*- un dictionnaire monolingue en marquisien.

Tous ces dictionnaires seront illustrés d’exemples provenant de chacune des six îles habitées. Les dictionnaires en ligne seront connectés avec la banque de données Pollex qui catalogue toutes les langues du Pacifique et permet de travailler sur l’étymologie des mots enregistrés. En collaboration avec l’Université de Polynésie française, l’application-dictionnaire sera connectée à l’atlas linguistique de PF, permettant ainsi d’y afficher les vocables spécifiques à chacune des six îles.

Cela fait déjà plusieurs mois que ce projet est en cours d’élaboration ; il est aussi en constante évolution.

Aujourd’hui cependant, et pour la première fois, les membres de l’Académie ont été à même de travailler individuellement sur les premières entrées en langue marquisienne, un travail qui englobe leur traduction en français et en anglais, la rédaction de leur définition en français et marquisien, ainsi que l’élaboration d’exemples dans les trois langues. Ce même travail se poursuivra sur les autres îles par la rédaction d’exemples spécifiques à leur propre parler. Le résultat de ces opérations sera validé chaque semaine par Teiki Huukena, responsable du projet, qui enverra le résultat à l’informaticien pour inclusion sur le dictionnaire du site de l’Académie.

Il est aisé de comprendre que toute la journée a été consacrée à l’appropriation des procédures de gestion de l’application qui permettra à chacun de travailler quotidiennement depuis chez lui dès demain. En dehors de la publication rapide du dictionnaire sur le site, le projet immédiat est de publier le premier dictionnaire de l’Académie dans les délais les plus courts.

La journée se termine à 17h00.

 

012 - 05-08/01/2021

L'Académie marquisienne est en assemblée plénière à Atuona, Hiva Oa.

Lisez le compte-rendu de la réunion en cliquant sur ce lien.

20210108 100918 Copy

 

011 – 29/12/2020


1) – Radio "Te Òko nui"

Cette semaine, le personnel de Radio-Marquises est en vacances ; dès 7h20, Teautaipi Teikitekahioho se rend à Radio « Te Òko nui » pour exposer les différentes façons de remplacer les mots tahitiens et français qui encombrent la langue marquisienne. Aujourd’hui, il s’agit des mots : maere, pinepine, varavara, tāmata et pikiri (piqure).

Cette émission N°25 est disponible en cliquant sur ce lien.


2) – Intervention de Tahiameiteàni TAATA

Tahiameiteàni est la propriétaire du magasin Nuku Presse à Taiohae ; depuis deux ans et demi, elle réside en métropole avec ses deux garçons. Venue en vacances à Nukuhiva pendant trois semaines, elle vient à l’Académie témoigner de l’importance du site internet de l’Académie pour les Marquisiens résidant hors des Marquises.

Soucieuse de faire découvrir la langue marquisienne à son cadet âgé de 2 ans, elle s’adresse à lui dans cette langue le plus souvent possible ; elle profite aussi de leurs déplacements journaliers en voiture pour se connecter et lui faire écouter les podcasts et autres enregistrements que l’Académie propose sur son site ; à la maison, ils regardent aussi les vidéos et dessins animés du site. C’est un bon moyen pour Tahiameiteàni de garder le contact avec sa langue dont elle assure la promotion en partageant le plus possible les publications de l’Académie.

Les membres de l’Académie se réjouissent de cette information, particulièrement Teiki Huukena qui explique combien il avait ressenti la privation de contact avec la langue marquisienne lors de ses longues campagnes militaires de par le monde ; désormais, les Marquisiens exilés peuvent renouer avec leur langue en se connectant sur le site que l’Académie s’efforce d’améliorer de jour en jour.


3) – Travail sur le dictionnaire

a) – Suite à son intervention de la semaine passée à l’Académie, Jacques Vernaudon, maître de conférences à l’U.P.F. (Université de Polynésie française), a envoyé un courrier faisant le point de ses différentes remarques sur l’élaboration du programme informatique devant gérer le dictionnaire.

L’aspect technique du sujet ne permet pas de rentrer dans tous les détails mais, grâce à divers documents, les membres de l’Académie étudient les remarques du linguiste universitaire et se familiarisent avec les procédures de saisie informatique qu’ils devront appliquer dans un futur proche.

b) – Suite à l’étude des documents précités, se tient une visioconférence avec le webmestre chargé de l’élaboration du logiciel ; les échanges ont lieu sur nombre de points techniques. Des propositions de modifications sont faites et intégrées ; le webmestre assure que le projet sera opérationnel pour la tenue de l’assemblée plénière de l’Académie à Atuona du 05 au 07/01/2021.

En effet, à cette occasion-là, le logiciel de gestion du dictionnaire sera présenté à tous les membres de l’Académie.

Il faut savoir que ce projet novateur doit permettre de créer, en ligne et sur papier, un dictionnaire trilingue (marquisien-français-anglais). De surcroit, grâce à l’informatique et à une collaboration avec l’U.P.F., ce dictionnaire sera interactif avec « Pollex », la banque de données linguistiques du Pacifique ; un atlas linguistique des îles Marquises y sera aussi intégré donnant à connaître les spécificités du parler de chacune des 6 îles. La réalisation d’un dictionnaire unilingue marquisien-marquisien fait aussi partie de ce grand projet d’avenir.

La présentation du projet à Atuona permettra à chaque membre de l’Académie de se familiariser avec les procédures d’accès au logiciel afin d’y apporter sa contribution spécifique.

4) – Préparation de l’assemblée plénière à Atuona

Les membres de l’Académie examinent les différents courriers reçus dans la semaine touchant à l’hébergement et aux déplacements par avion et bateau, de même que ceux faisant des propositions concernant l’assemblée plénière. Ils prévoient aussi les différents ateliers en fonction du travail sur le logiciel du dictionnaire et de l’ordre du jour.

La séance est levée à 16h00 ; mardi prochain, les membres de l’Académie seront à Atuona. Un compte-rendu global sera publié à l’issue des réunions.

 

010 – 22/12/2020

NOUVELLES DE LA SEMAINE ÉCOULÉE

 

1) - Annonce officielle de l'inscription du Matatiki au patrimoine culturel immatériel français.

Le mardi 15 décembre 2020, une conférence de presse s'est tenue à la Présidence de la Polynésie française à l’occasion de l'inscription du Matatiki au patrimoine culturel immatériel français en présence du Président de la Polynésie française, M. Édouard Fritch, du Ministre de la culture, M. Heremoana Maamaatuaiahutapu, du Haut-commissaire de la République, M. Dominique Sorain, du Président de la communauté des îles Marquises (CODIM), M. Benoit Kautai et du Président de l'association Patutiki, M. Teiki Huukena ainsi que les maires des communes des îles Marquises.

L’Académie marquisienne se réjouit de l’annonce officielle de l'inscription du Matatiki au patrimoine culturel immatériel français ; elle félicite tout particulièrement et très chaleureusement l’association Patutiki pour son engagement sans faille à la défense et la promotion du tatouage marquisien qui, au même titre que la langue marquisienne, fait partie intégrante de la culture ènana/ènata.

2) – Demande de traduction émanant de la Direction de la Santé

La cellule de Promotion de la Santé des îles Marquises sud souhaite que les noms inscrits sur le panneau de présentation de leurs structures en projet soient écrits dans le parler du sud.

Cette courte traduction sera réalisée le plus rapidement possible.

 

JOURNÉE DU 22/12/2020


1) – Radio-Marquises

a) - Dès 7h10, Teautaipi Teikitekahioho se rend à la radio pour exposer les différentes façons de remplacer les mots tahitiens et français qui encombrent la langue marquisienne. Aujourd’hui, il s’agit des mots : maere, pinepine, varavara, tāmata et pikiri (piqure).

b) – Jacques Vernaudon, Maître de conférences en linguistique à l’Université de Polynésie française est de passage à Nukuhiva ; invité par l’Académie marquisienne, il passe toute la journée avec ses membres afin de répondre à leurs attentes. Il prend la suite de Teautaipi à la radio où il se présente, évoque son parcours linguistique et son implication sans borne à la promotion des langues polynésiennes, tout particulièrement dans l’enseignement. Il est accompagné de Teiki Huukena.

Écoutez ces émissions 21 à 24 en cliquant sur ce lien


2) – Activités à la Maison-mère

À 8h30, Jacques Vernaudon rejoint l’Académie avec Teiki Huukena ; ils sont accueillis par les autres membres présents : Julien Tumuehitu Tamarii, Gabriel Teautaipi et Jacques Iakopo Pelleau.

a) – Présentation des participants

201222 vernaudon

Les membres de l'Académie et leur invité, Jacques Vernaudon

Julien Tamarii, trésorier, adresse quelques mots d’accueil à notre hôte, puis chacun des quatre membres se présente et donne des détails de son parcours personnel. Ensuite, les yeux sur le site internet de l’Académie, Julien en présente tous les membres.

À la suite de quoi, Jacques Vernaudon fait de même.

Les membres de l’Académie découvrent ainsi comment notre hôte s’est lancé dans des études de langue tahitienne et de linguistique en France ; comment il fait une thèse sur la grammaire du tahitien ; comment il a étudié certaines langues des Philippines et de Nouvelle Calédonie ; comment il a collaboré à la création d’un site sur lequel on peut entendre, écouter et apprendre ces langues…

Enfin, au terme d’une douzaine d’années en pays kanak, il revient en Polynésie où il obtient le poste de linguistique à l’Université de Polynésie française. Il travaille aussi en étroite collaboration avec l’Académie tahitienne, te Fare Vāna’a, dont le site internet est muni d’un dictionnaire informatisé qu’il y a fait installer et dont il assure la gestion.

b) – Le dictionnaire de l’Académie marquisienne

C’est la raison principale de l’invitation de Jacques Vernaudon à l’Académie. Teiki Huukena expose la maquette du logiciel conçu par notre webmestre ; le devis de ce dernier a été accepté et signé par notre directeur.
Teiki Huukena présente le projet et Jacques Vernaudon la commente.

*- Il nous faut absolument établir une base de données indépendante du site, source de nos dictionnaires et lexiques.

*- À l’aide d’exemples visualisés dans l’architecture même du site de l’Académie tahitienne, il nous explique comment tous les éléments entrés (champ lexical, synonymes, entrées inverses, etc.) doivent être balisés afin d’être retrouvés d’un seul clic.

*- Jacques Vernaudon insiste sur les entrées inverses qui permettront, en tapant un mot français ou marquisien, de retrouver tous les éléments contenant ce mot.

*- Il insiste aussi sur les sauvegardes multiples et fréquentes et explique comment procéder et quels organismes contacter.

*- Il accepte d’apporter son soutien et son aide en cas de nécessité.

Teiki Huukena prend bonne note de toutes les remarques de Jacques Vernaudon ; il s’entretiendra avec notre webmestre afin de les mettre en application. Le projet de maquette sera exposé en Assemblée plénière de l’Académie à Atuona du 05 au 08/01/2021.

c) – Présentation des différents travaux d’explication grammaticale publiés sur le site et la page Facebook

Afin de bénéficier de l’expertise linguistique de Jacques Vernaudon, les membres de l’Académie lui font découvrir les articles préparés afin de présenter, sur le site et la page Facebook, les différents aspects de la langue marquisienne. Il s’agit en l’occurrence de la rubrique « Gros plan sur… » qui, chaque semaine, se focalise sur un point donné.

Jacques Vernaudon est attentif aux propositions auxquelles il apporte un certain nombre de corrections et d’éclairages permettant d’améliorer la qualité des explications.

Cela lui permet aussi, par effet-miroir, de trouver des connexions nouvelles entre le marquisien et le tahitien.

Il conseille aussi aux membres un certain nombre d’ouvrages traitant de grammaire d’autres langues polynésiennes.

La séance est levée à 17h00.

La prochaine réunion se tiendra le mardi 29/12/2020.

 

009 – 15/12/2020


NOUVELLES DIVERSES DE LA SEMAINE ÉCOULÉE

1) - Préparation de l’Assemblée plénière à Atuona du 05 au 08/01/2021

Une grande quantité de courriels a été échangée entre les différents membres au sujet des nombreux sujets à traiter lors de cette réunion ; chacun a fait ses propositions et l’ordre du jour sera finalisé au cours de cette journée.

2) – Les échanges ont été tout aussi intenses avec l’informaticien chargé de préparer notre logiciel de dictionnaire dont la maquette sera présentée à Atuona.

3) – Après avoir été approuvé par notre directeur, le premier article de la série « Gros Plan sur… » a été publié sur le site le lundi 14/12 ; il traite de la question des soi-disant deux langues marquisiennes du nord-ouest et du sud-est.

Vous pouvez le retrouver en cliquant sur ce lien.

4) – Le secrétariat de l’Académie a reçu du CJA d’Atuona une liste de mots à traduire concernant le vocabulaire spécifique aux ateliers de formation préprofessionnelle. Le document sera traité le plus rapidement possible.


JOURNÉE DU MARDI 15/12/2020

 1) – Intervention à Radio-Marquises de Teautaipi Teikitekahioho qui invite les Marquisiens à abandonner les mots tahitiens et français infiltrés afin de les remplacer par des mots marquisiens adaptés. Aujourd’hui, c’est le tour de « fana’o >>> pohuè, koàka », « tuatapapa >>> kaituto, kātoo, hakatoo, konoi », « morare (moral) >>> ūo », « roué (louer) >>> tooutu » et « kom (comme) mēìa, na te mea ».

En raison de sa longueur, l'émission du mardi 15/12/2020 a été divisée en trois (18-19-20) ; les lecteurs peuvent écouter les 3 émissions en cliquant sur ce lien.

2) – Préparation de l’Assemblée générale du 05 au 08/01/2021 à Atuona

a) – Ordre du jour

Après avoir pris en compte les propositions de chaque membre, un ordre du jour provisoire est finalisé et expédié à tous.

b) – Hébergement et déplacements à Hivaoa

Les billets d’avion et de bateau ont été pris ; en raison de la situation sanitaire, les membres de l’Académie seront confinés sur leur lieu d’hébergement où se tiendront leurs réunions.

3) – Travail sur le vocabulaire

Un grand nombre d’articles et de textes ayant besoin de relecture avant publication, les membres de l’Académie se répartissent le travail qui est ensuite revu une dernière fois en commun.

4) – Publication sur le site de l’Académie du court métrage « Henua ènana » qu’elle a fait réaliser en 2014.

À l’occasion des Fêtes de Noël et de fin d’année, l’Académie marquisienne met à la disposition du public ce court métrage mi-film, mi-dessin animé qui est une adaptation de la Légende des îles Marquises. Avant la fin de la semaine, trois versions de différente qualité en seront disponibles sur le site dont une sous-titrée en français qui sera partagée sur la page Facebook de l’Académie.
Les membres de l’Académie rédigent les textes français et marquisiens présentant le court métrage.

5) – Article traitant de l’expression de l’hypothèse en marquisien

Afin de publier bientôt un article traitant de ce sujet mal connu, les membres de l’Académie rédigent un projet d’article détaillant les différents niveaux de la supposition et quels outils grammaticaux utiliser.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 17h00. La prochaine réunion se tiendra le mardi 21/12/2020. La présence d’un universitaire, linguiste de renom, y est annoncée si les conditions sanitaires le permettent.

 

008 – 08/12/2020

Nouvelles diverses

1) - Le 03/12/2020 parvient à l’Académie marquisienne une invitation du Comité organisateur du 12ème Colloque de Linguistique Océanienne (en anglais : 12th Conference On Oceanic Linguistics, COOL12), prévue du 08 au 12 novembre 2021 à l’Université de la Polynésie française. Le sujet des conditions de notre présence à l’évènement sera débattu lors de la prochaine Assemblée générale du mardi 05/01 au vendredi 08/01/2021 à Atuona, Hiva Oa.

2) - Le 03/12/2020, le secrétariat permanent de l’Académie marquisienne rappelle à tous ses membres la programmation de la prochaine Assemblée générale plénière; la réalisation de cette réunion dépendra des conditions sanitaires du moment.

Activités du jour

1) - Radio Marquises

À 7h00, Teautaipi se rend à Radio-Marquises d’où il espère convaincre nos frères et sœurs marquisiens d’abandonner l’usage des mots tahitiens et français qui encombrent notre chère langue natale. Aujourd’hui, il s’agit des mots « opere/tuha », « apooraa/tekatekaoìa, putuìa, putuputuìa », « pari/haki, peàu pu, hakatio pu, potoho pu », « haapono/haahee, kave atu », « vré (du français, vrai) /toitoi, tiàtohu, nui » (Ex : mamae vré >>> toitoi ; mate vré >>> nui ; kaiape vré >>> toitoi ; huaa vré >>> toitoi).

Vous pouvez écouter l’émission N° 17 du 08/12/2020 en cliquant sur ce lien.

À l’issue de l’émission à 08h00, il rentre à la Maison-mère où sont traités les sujets suivants :

2) - Préparation de l’Assemblée générale à Atuona, Hiva Oa, du 05 au 09/01/2021

Un ordre du jour prévisionnel est établi ; il sera transmis à qui de droit pour acceptation.

3) - En prévision des Fêtes de Noël et de fin d’année, les membres de l’Académie préparent une liste de vocabulaire sur ces thèmes ; il sera expédié à tous les membres pour vérification et accord, puis diffusé au public sur Radio-Marquises, le site de l’Académie et sa page Facebook.
Les membres se penchent aussi sur la traduction des mots archéologie/archéologue ; les propositions seront validées en assemblée générale plénière.

4) - GROS PLAN SUR...

Une des missions de l’Académie marquisienne est de valoriser le èo ènana, la langue des îles Marquises ; dans ce but, elle se doit d’éclaircir un certain nombre de points de grammaire et de vocabulaire qui posent problème aux locuteurs.

Sous le titre « GROS PLAN SUR… », elle se propose, très bientôt, chaque semaine, de mettre en avant un aspect grammatical de la langue au fil d’éclaircissements donnés en français afin de ne pas défavoriser ceux qui ne la maîtrisent pas. Les membres de l’Académie étudient les vingt premières propositions d’articles qui seront expédiées à tous les membres pour vérification et accord, puis publiés chaque semaine sur le site de l’Académie et sa page Facebook.

La séance est levée à 15h00 ; la prochaine réunion se tiendra le mardi 15/12/2020.

 

07) – 01/12/2020

Nouvelles variées

1) - Depuis la semaine dernière, les membres de l’Académie se concertent sur le projet d’article devant expliquer pourquoi la préposition marquant l’origine ou le point de départ MEI pourrait s’écrire ME I… La décision finale sera prise lors de la prochaine assemblée générale.

2) – Au travers de divers échanges épistolaires, les membres de l’Académie étudient aussi le cas de la locution « o īa…, o īa nei… », et le fait de placer, ou non, un macron sur le « i ». La décision sera prise en connaissance de cause à l’occasion de la prochaine assemblée générale.

3) – Le mercredi 25/11/2020, le webmestre du site internet, aussi chargé de la réalisation du logiciel du dictionnaire, fait parvenir un nouveau projet facilitant le travail. Ce module sera mis en pratique dès que les membres de l’Académie concernés se seront formés à sa gestion.

4) – Le jeudi 26/11/2020, le service de l’éducation du premier degré des Marquises fait parvenir au secrétariat de l’Académie un courrier demandant son concours à la création de noms de métiers plus faciles à utiliser pour les élèves que les locutions du genre « ènana àvaika/pêcheur ». Le courrier contient aussi 4 pièces jointes de 15 pages chacune contenant la description précise de nombreuses séquences d’EPS dont le service de l’éducation demande une vérification minutieuse.

Les membres de l’Académie se réunissent à la Maison-mère toute la matinée du vendredi 27/11/2020 afin de répondre à la demande.

Le travail effectué est envoyé au directeur pour vérification ; les docs de l’éducation seront corrigés par tous les académiciens afin de finaliser le projet lors de la prochaine assemblée générale.

Le désir de trouver de noms de métiers simplifiés est légitime mais c’est une démarche qui nécessite du recul et du jugement…


Activités du mardi 01/12/2020

Comme à son habitude, dès 7h00, Teautaipi rejoint les studios de Radio-Marquises afin de de continuer son travail d’éveil des consciences marquisiennes sur les mots tahitiens et français qui doivent être remplacés par ceux qu’il propose. Aujourd’hui, il s’agit des vocables « ahani >>> anoa », « hohoà >>> ata, mata », « noa atu/no atu >>> e aha à », « vata >>> ava », « si (interrogatif indirect) >>> e aha », « commander/komate >>> e uka ».

Vous pouvez écouter l’émission N° 16 du 01/12/2020 en cliquant sur ce lien.

À 8h00, les acitivités communes commencent à la Maison-mère.

1) - La première recherche porte sur les demandes de traduction des mots « train » et « archéologue ».

*- Train : il existe le mot « pāririahi » mais ce mot se réfère aux locomotives à vapeur ; la réflexion continue sur l’étymologie du verbe « traîner, tirer » et de son équivalent « toi » en marquisien. La question reste en suspend et sera traitée en AG.

*- Archéologue : là encore, on se tourne vers l’étymologie (« archéos = ancien », « logos = parole ») ; il s’agit en fait de « l’étude des activités des anciens ». La réflexion porte sur l’usage des mots « kākiu, kiu, tupuna » et « kaituto, tuto » ; des propositions sont faites qui seront approfondies lors de la prochaine AG.

2) – Le travail sur le dictionnaire reprend avec le mot « kako » pour lequel Teiki Huukena a relevé plus d’une trentaine d’entrées dans les divers dictionnaires déjà cités. Pour chacune de ces entrées, il faut trouver des exemples en marquisien et les traduire en français.

En début d'après-midi, le travail continue jusqu’aux mots « kakoè, kakore »

3) – À l’occasion du travail mentionné ci-dessus, qui requiert la traduction française de mots marquisiens, les membres de l’Académie sont confrontés à la difficulté de définir un genre (masculin, féminin ou neutre) pour les mots marquisiens qui ne sont pas dans le dictionnaire de l’Académie française, tels « popoi, meàe, paepae » qui n’ont pas de genre en marquisien. Même si des choix d’usage ont déjà été faits, quelle est leur légitimité ? La question sera débattue lors de la prochaine AG.

4) – Suite aux différents échanges déjà évoqués avec la Maison-mère des SSCC à Rome où sont entreposées les archives de la Congrégation, le service en charge des ces archives nous a fait parvenir deux fichiers PDF précieux. Le 1er est « l’Essai de Bibliographie Picpucienne » (1912) du Père Henri Ildefonse Alazard et le second, une « Notice sur la Vie apostolique de Mgr RI Dordillon » (1894) du Père Pierre Géraud Chaulet.

Après examen de ces documents, des remerciements sincères seront retournés au service concerné auquel, après consultation locale, il sera demandé d’établir un devis pour une éventuelle restauration et une numérisation des trois ouvrages/dictionnaires manuscrits de Mgr Dordillon (1885) qui ont survécu dans leurs archives.

5) – Les membres de l’Académie se penchent sur une nouvelle version du logiciel de gestion de vocabulaire afin d’établir notre dictionnaire en ligne et sur papier. Le travail se passera désormais au niveau internet où l’on pourra interagir avec d’autres structures déjà existantes. En particulier, il est prévu un atlas linguistique des Marquises où les vocables apparaîtront, sur une carte de l’archipel, connectés avec leur île d’origine ; les variantes lexicales des 6 îles seront ainsi accessibles à tous.

La séance est levée en milieu d’après-midi

La prochaine réunion se tiendra le mardi 08 décembre 2020.

 

6) – 24/11/2020

Nouvelles générales


a) – Le 05/11/2020, à l’occasion du Salon du Livre de Tahiti prévu du 12 au 14/11/2020, les éditions Ùra de Tahiti préviennent l’Académie de la parution de l’album jeunesse « Hiva Oa, mon île tiki » de Maïre Vallaux-Bodereau. Outre le français et le tahitien, l’ouvrage est aussi édité en marquisien de Hiva Oa grâce au travail de traduction fourni par les membres de l’Académie. Les éditions Ùra enverront une vingtaine d’exemplaires à l’Académie marquisienne qui avait mené à bien le travail de traduction..

b) - Le 19/11/2020, notre directeur est contacté par François Chassagne (PharmD, PhD), chargé de recherche à l’I.R.D de Toulouse dans l'étude des plantes médicinales ; il vient en Polynésie française faire une enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées contre les diarrhées. Il sera aux Marquises pendant un mois (en mars 2021) et, à Nuku Hiva, Ua Pou et Hiva Oa où il souhaiterait interroger des personnes pratiquant la médecine traditionnelle en dehors du cercle familial, et ceux pratiquant au sein de leur famille.

Il a demandé si l’Académie serait intéressée par une collaboration à ce projet et si nous pouvions l’aider à trouver des informateurs dans les îles citées.

Notre directeur l’a remercié de l'intérêt qu’il porte aux Marquises pour ses recherches en ethnobotanique, et a accepté de l’accompagner dans ses travaux en insistant pour que l’Académie soit incluse dans la liste des destinataires du projet à son achèvement, car nombreux sont ceux qui ont reçu notre appui sans jamais, par la suite, nous retourner un exemplaire des travaux terminés.


Activités de la journée du mardi 24/11/2020


*- Dès 7h00 du matin, nos amis et confrères Teiki Huukena et Teautaipi Teikitekahioho se rendent à Radio Marquises. Teiki explique l’origine et les significations précieuses du mot « pūhenua/pūfenua ». Ensuite, Teautaipi s’attache à fournir aux auditeurs les vocables marquisiens « ad hoc » permettant de remplacer les mots tahitiens et français qui se sont introduits dans la langue marquisienne au fil des décennies. Les mots au menu d’aujourd’hui sont : pāhono, paha (peut-être), tauturu, et tiàturi ; Teautaipi précise aussi le vocabulaire scolaire et présente quelques mots nouveaux en rapport avec internet.

Vous pouvez écouter les émissions N° 14 et 15 du 24/11/2020 en cliquant sur ce lien.

*- À 8h00, il est de retour à la Maison-mère où l’on évoque alors la nécessité de remplacer urgemment, par des mots marquisiens authentiques, certains mots usuels importés :  il s’agit des mots vea (verre), pūtei (bouteille), kūiea (cuillère), pora (bol), ihipuna (spoon), etc.

*- Depuis des années, et dans le but de réaliser un dictionnaire complet du marquisien, Teiki Huukena s’attache à collecter la totalité des mots marquisiens relevés dans tous les dictionnaires publiés… ou pas. Ayant appris que certaines œuvres manuscrites de Mgr Dordillon étaient entreposées à Rome dans les archives de la Congrégation des sacrés Cœurs de Jésus et Marie (SSCC), il a contacté les personnes concernées après avoir consulté le Père Paul Lejeune, vicaire de la paroisse de Taiohae, venu en mission aux Marquises en qualité d’archiviste de cette congrégation.

Il faut savoir que, depuis 1826, cette congrégation française avait été chargée par le Saint Siège d’évangéliser le Pacifique oriental à partir de Hawaii ; sa Maison-mère était alors à Paris d’où elle fut chassée en 1905 par les lois sur la séparation des Églises et de l’État. Tout le personnel et les archives prirent alors la direction de la Belgique, puis de Rome. Il faut aussi savoir que tous les prêtres et les évêques des Marquises appartiennent à cette congrégation jusqu’à maintenant.

Dans sa réponse, l’archiviste de la congrégation explique qu’ils sont en effet en possession de quelques exemplaires de dictionnaires manuscrits de Mgr Dordillon, qu’il en manque un certain nombre, et que ceux qu’ils possèdent ne sont pas en très bon état, raison pour laquelle ils n’ont pas été numérisés, une opération qui, de plus, nécessiterait une longue période de temps dont ils ne disposent pas. L’archiviste termine en nous invitant à venir consulter les ouvrages sur place à l’occasion d’un éventuel voyage à Rome…

Les membres de l’Académie vont réfléchir à la manière d’obtenir copie des ouvrages mentionnés.

*- Le travail sur le dictionnaire se poursuit avec l’étude des mots dérivés de kakī : kakīàraàra, kakīòroòro, kakīheàa, kakīkoui, kakīonou, kakīòa, kakikakika, kakīùua, kakīhuhua ; kākiu, kakō et kako… Pour chaque mot, on trouve des exemples en marquisien et en français. Grâce à la banque de données Pollex, on se penche sur l’étymologie et l’origine protopolynésiennes de ces vocables et de certains autres.

*- Les travaux reprennent en début d’après-midi et, à 15h30, après s’être arrêté sans avoir terminé l’examen de tous les mots au programme, le travail se concentre autour d’un prochain article à sortir expliquant au public pourquoi la préposition de lieu habituellement orthographiée « mei » doit s’écrire « me i… ». Le texte bilingue est examiné dans son intégralité et sera expédié ce jour à tous les membres pour vérification éventuelle.

*- La séance est levée à 16h30 ; la prochaine aura lieu le mardi 1er décembre 2020.

 

5) – 17/11/2020

Quelques actualités pour commencer :

1) - La municipalité de Ua Huka a le projet d’aménager le Musée communal de son île en installant de panneaux explicatifs qui permettraient aux visiteurs d'en savoir plus sur les objets présentés et la culture marquisienne en général ; les responsables de ce projet, auquel collaborent des archéologues de renom, nous a envoyé dix documents à traduire en marquisien. Les membres de l’Académie ont commencé à s’atteler à cette tâche dont il faut savoir qu’elle consomme énormément de temps ; pour une page, il faut compter entre 1h30 et 2h00. Il faudra patienter un peu…

2) – Le production de l'émission Fenua Access diffusée sur TNTV nous a contacté afin de préparer « une interview de 5 minutes en Visioconférence via Messenger avec un membre du bureau de l'académie marquisienne, afin de parler de votre actualité et notamment le fait que vous travaillez sur le projet de redonner à la langue marquisienne sa vrai nature. » Dans un premier temps, notre directeur a refusé expliquant que le sujet ne pouvait pas être traité en 5 minutes. Suite à différents échanges avec la production de l’émission, il a été convenu de dédier ces 5 minutes à la promotion du nouveau site internet dont le rédacteur, Jacques Iakopo Pelleau, a été missionné par Toti pour répondre à cette interview du lundi matin 16/10…

La visioconférence a été diffusée le mardi soir à 17h55, heures Marquises ; on peut y accéder en cliquant sur ce lien.


Journée du mardi 17/11/2020

Comme à l’habitude, notre ami et confrère Teautaipi se rend à radio Marquises dès 7h00 pour encourager les Marquisiens à se défaire des mots tahitiens et français qui encombrent la langue marquisienne. Cette semaine, il s’agit des mots : fārii, paì, hopeà, māìti, et puriki (bourrique). Teautaipi précise aussi toutes les variantes du mot « patu » pour décrire les objets abusivement appelés « stilo ».

Vous pouvez écouter l’émission N° 13 du 17/11/2020 en cliquant sur ce lien.

À 8h00, Teautaipi rejoint les locaux de la Maison-mère où, avant de reprendre le travail sur le futur dictionnaire, on réfléchit sur la manière convenable de traduire le vocabulaire des examens (passer, réussir, échouer, diplôme, concours. On cherche aussi la manière la plus correcte de traduire une fois pour toute et correctement la locution « tohua koìka ». Les résultats des réflexions seront validés en assemblée générale en janvier.

La suite du travail sur le dictionnaire se poursuit. Teiki Huukena a relevé les mots contenus dans tous les dictionnaires publiés depuis presque 200 ans ; nous regardons chaque mot et en donnons les différentes traductions ainsi des exemples modernes en marquisien et français. Les mots étudiés aujourd’hui vont de « kakea » à « kakee/mokee ».

En début d’après-midi, le travail se poursuit autour de sujets variés :

*- l’utilisation (abusive ou pas) de « ĪA », pronom personnel sujet et complément de la 3ème personne du singulier que nombre d’entre nous emploient abusivement pour remplacer les objets ou les animaux.

*- La prononciation exacte du « hono » : Tanaoa e tu o kakī /Tanaoa e to ù kakī / + d’autres trouvés dans différents ouvrages…

*- La vision contraire de certains mots entre le nord et le sud, tels hōhonu, tiketike, hemo. Teiki Huukena explique que cette dualité de significations contraires tient à la cosmologie ancestrale qui ne voit dans les cieux (élevés) que le reflet des enfers (profonds) ; or, le monde supérieur et le monde inférieur, tous deux concaves, se rencontrent sur l’horizon pour ne plus former qu’un vaste domaine sphérique où le haut et le bas ne font qu’un, ce qui, culturellement, entraine la confusion (moderne) entre hauteur et profondeur.

*- Il est constaté que le mot tahitien « māòhi », pour désigner l’identité polynésienne, n’est pas en accord avec la langue marquisienne dont il est absent. Son remplacement par le mot marquisien « māoì » signifiant « indigène, naturel, du pays » (Dordillon 1904, p. 178-I) est mis à l’étude aux côtés des réflexions précédentes qui seront élargies lors de notre prochaine AG de janvier 2020.

*- Il est reprécisé que toutes les formes du mot « kakī » doivent s’écrire conformément à l’exemple, avec un macron sur le « ī » terminal.

À partir de 15h30, les membres de l’Académie se penchent sur le nouveau logiciel de création du dictionnaire. Des séances de travaux pratiques se tiendront régulièrement et le plus rapidement possible afin de maîtriser cet outil qui permettra par la suite de présenter sous plusieurs formes un dictionnaire marquisien digne de ce nom.

La séance est levée à 17h00. Les membres de l’Académie se réuniront à nouveau le mardi 24/11/2020, et plus tôt si nécessaire.


4) - 10/11/2020

Comme tous les mardis matins à 7h00, Teautaipi Teikitekahioho se rend à Radio-Marquises afin de continuer son exposition des mots tahitiens ou français à bannir du marquisien ; aujourd’hui, il s’agit des mots « faatura », « haapaò », « maraa » et « pāpū ». Teautaipi se penche aussi sur les différentes façons de traduire le verbe « profiter » en marquisien.

Vous pouvez écouter les émissions N° 11 et 12 du 10/11/2020 en cliquant sur ce lien.

À 8h00, il rejoint ses collègues à l’Académie ; tous ensemble, ils passent la journée à travailler sur le futur dictionnaire.

Avant cela, Teiki Huukena fait part à ses collègues des différents courriers reçus des archives de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et Marie à Rome où sont entreposés les manuscrits (dont les dictionnaires Dordillon en plusieurs volumes de milliers de pages) de cette congrégation dont faisaient et font partie les missionnaires et prêtres catholiques du diocèse des îles Marquises. On apprend qu’ils ne sont ni en bon état, ni numérisés, donc indisponibles à moins d’aller les consulter sur place.

Une grande partie de la journée est ensuite consacrée à l’étude de la liste des mots se trouvant entre « kākātua » et « kaki huhuà » dans les dictionnaires de Mgr Dordillon de 1904 et 1931.

Les activités reprennent en début d’après-midi et, en fin de journée, on étudie le logiciel qui permettra de présenter correctement le dictionnaire du site internet tout en le préparant à recevoir facilement des données provenant du travail précédemment évoqué.

Il s’agit d’un travail d’uniformisation des procédures permettant à moyen terme de faire interagir les différents dictionnaires, tout en préparant une édition papier.

La séance est levée à 17h00 après quoi, on procède à l’expédition de différents courriels.


3) - 03/11/2020

Comme à son habitude, dès 7h00 du matin, Teautaipi Teikitekahioho se rend à Radio Marquises afin de continuer à expliquer comment remplacer par les mots marquisiens « ad hoc » les nombreux mots tahitiens qui se sont installés dans la langue depuis le XIXème siècle.

Vous pouvez écouter l'émission N° 10 du 03/11/2020 en cliquant sur ce lien.

À 8h00, il rentre à la maison-mère où il rejoint les activités dans lesquelles ses confrères se sont déjà engagés.

1) – Travail sur le vocabulaire :

a) – Les notions contenues dans les vocables : haakakai, aakakai, âkakai, tekao atua/etua.

b) – Comment et jusqu’où le mot marquisien tātihi peut-il/doit-il remplacer le mot tahitien taote/taotē ?

2) – Étude de « l’Atlas linguistique de Polynésie française » qui déclare que dans le pays, « on trouve sept langues polynésiennes distinctes dont le nord-marquisien et le sud-marquisien ». (Op. Cit. p. 20)

Si les académiciens se réjouissent du travail global effectué, ils réfutent cette assertion proposée par des gens dont la connaissance de la langue est insuffisante pour savoir que n’importe quel marquisien de n’importe quelle île comprend n’importe quel autre marquisien de n’importe quelle autre île, et que, si l’on doit reconnaître des différences certaines, il faut plutôt dire qu’il n’y a qu’une seule langue et six parlers différents, un par île habitée.

Les académiciens rédigeront sous peu un article de fond sur le sujet.

3) – Travail sur les dictionnaires :

a) - Les activités reprennent en début d’après-midi ; les académiciens se penchent sur la préparation structurelle du futur dictionnaire. Ce travail nécessitera de longues années et requiert une préparation technique poussée qui facilitera le travail une fois lancé.

b) – Les académiciens observent la structure des deux dictionnaires du site internet et opèrent quelques corrections sémantiques ou orthographiques.

À 15h30, l’après-midi se termine par une mise en ordre des documents stockés sur internet dans le drive de l’Académie.

BIBLIOGRAPHIE

« Atlas linguistique de la Polynésie française » - Jean-Michel Charpentier et Alexandre François - Walter de Gruyter GmbH et Université de la Polynésie française – 2015 (Version numérique)


2) - 27/10/2020

Ce jour étant marqué, entre autres, par l'inauguration du site internet de l'Académie marquisienne, le compte-rendu de cette journée spéciale est disponible en cliquant sur le lien suivant :


http://www.academiemarquisienne.com/index.php/pages/actualites/item/69-mardi-27-octobre-2020-l-academie-marquisienne-inaugure-son-site-internet

 

1) - 19 et 20/10/2020

En cliquant ici, vous pouvez écouter les émissions 6 et 7 enregistrées dans les deux radios de Nukuhiva le lundi 19/10/2020.


Depuis plusieurs semaines, les membres de l’Académie de Nukuhiva se réunissent tous les mardis à la Maison-mère afin de faire avancer les différentes activités et les projets de l'Académie.

Jusqu’à dernièrement, il s’agissait de préparer les cérémonies du 20ème anniversaire dont nous savons qu’elles sont désormais annulées.

Si la préparation du site internet retient régulièrement notre intérêt, c’est surtout l’élaboration de notre dictionnaire qui requiert désormais toute notre attention et toute notre énergie.

Depuis des années, notre ami Teiki Huukena se passionne pour l’étymologie et, sous son impulsion, pendant ces journées de mardi, il nous expose les compilations de vocabulaire et d’exemples qu’il a effectuées à partir de différents dictionnaires. Nous vérifions alors l’exactitude des données et les académiciens proposent d’autres exemples.

C’est un travail de longue haleine mais que nous savons nécessaire. Après coup, Teiki envoie le résultat du travail effectué à chacun des membres de l'Académie afin de s’assurer de la correction du résultat qui doit lui être retourné avant le mardi suivant.

Ce mardi 20/10 a été dédié au mot « ako » dont il a été relevé 12 explications ou définitions dans les différents dictionnaires marquisiens élaborés depuis les années 1840. À chaque entrée, il faut examiner en détail l’orthographe du vocable (parfois écrit « àko »). Il faut aussi étudier la rectitude des exemples proposés par les rédacteurs de l’époque, et en donner d’autres plus conformes si nécessaire ; enfin, il faut en vérifier les traductions françaises et déterminer la nature grammaticale des éléments finalement choisis…

Justement, ce mardi  27/10 est un grand jour car, faute de pouvoir célébrer notre 20ème anniversaire officiellement, nous avons le plaisir de recevoir à Nukuhiva notre directeur Toti et notre ami et confrère Teve. Forts de leur présence, nous pouvons nous consacrer encore plus intensément à notre tâche. Nous prendrons aussi quelques instants pour inaugurer officiellement le site internet de l’Académie à l’adresse : www.academiemarquisienne.com


En cliquant sur ce lien vous pouvez écouter les émissions 01 à 05 enregistrées dans les deux radios de Nukuhiva entre le 04/09 et le 14/10/2020.


Le lecteur est invité à consulter le déroulé des autres activités sur les liens suivants :

*- Quinzaine du 05 au 17 octobre : travail sur la graphie et participation aux activités de la circonscription pédagogique :

http://www.academiemarquisienne.com/index.php/pages/actualites/item/49-octobre-2020-l-academie-marquisienne-et-le-circonscription-pedagogique-travaillent-main-dans-la-main

*- Matinée du 19/10, les membres de l’Académie se sont rendus à l’invitation d’une classe de 2nde du Lycée agricole Saint Athanase de Taiohae :

http://www.academiemarquisienne.com/index.php/pages/actualites/item/64-les-eleves-de-la-classe-de-seconde-du-lycee-agricole-saint-athanase-de-taiohae-invitent-l-academie

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Tau hana hou

Actualités

Joomla Template by ThemeXpert