vendredi, 12 mars 2021 14:00

EXPRESSION DE L’HYPOTHÈSE, OU SUPPOSITION, EN MARQUISIEN (11/03/2021)

 EXPRESSION DE L’HYPOTHÈSE,
OU SUPPOSITION, EN MARQUISIEN

 

I - Dans la plupart des langues européennes, il existe trois niveaux de supposition ; en voici des exemples en français, langue dans laquelle « SI » précède la condition :


1) – LA SIMPLE ÉVENTUALITÉ
(ou notion de simple probabilité) : la simple réalisation d’une action future est assujettie à une condition présente ; le futur dépend du présent :

*- SI + présent >>> futur simple :  Si tu m’invites, je viendrai.

2) – LA SIMPLE POSSIBILITÉ (ou notion de potentialité, d’incertitude) : la réalisation d’une action future est assujettie à une condition incertaine :

*- SI + imparfait >>> conditionnel présent : Si tu m’invitais, je viendrais.

3) – L’IRRÉEL (notion d’impossibilité) : l’action ne s’est pas réalisée car les conditions n’étaient pas réunies :

*- SI + plus-que-parfait >>> conditionnel passé (1ère forme) : Si tu m’avais invité, je serais venu.

 

II – Les outils employés pour exprimer la supposition en marquisien


A) – La particule ME

Elle exprime une idée de concomitance, de jonction, de fusion de deux éléments, et s’emploie avec deux significations issues de ces notions :

1) – ME = AVEC (préposition)

*- U tihe mai Roti me ta īa moî. / Roti est venue avec sa fille.

2) – ME = ET (conjonction)

*- He haè hou me te kaùoo. / Une maison neuve et grande.

3) – ME = COMME (conjonction)

*- Ua kata te mahaì me he kōea. / Le garçon a ri comme un fou.


B) – La particule IA

Elle se place devant un mot-base en lui transmettant deux notions :


1) – Le vœu ou le souhait :

*- Ia meitaì òe i tēnei â !

*- (Formule) Que tu te portes bien aujourd’hui ! Porte-toi bien !

2) – Le repérage temporel d’un autre évènement :

*- Ia topa te pō, a pata i te àma !

*- Quand la nuit tombera, allume la lumière !

 

III – LES NIVEAUX DE CONDITION EN MARQUISIEN

Comme les mots-bases employés en qualité de verbes ne connaissent pas de conjugaison (ou flexion), il n’existe que deux niveaux de supposition/condition.


A) – LA SIMPLE ÉVENTUALITÉ
 qui s’exprime de trois façons :

1) – Avec IA :

*- Ia tihe mai òe oìoì, e hee tāua i te ika hī.

*- Si tu viens demain, nous irons à la pêche.

2) – Avec ME :

*- Me pakaihi te tau tama i te motuakui, e meitaì ai te pohuèìa.

*- Si les enfants obéissent à leurs parents, la vie sera meilleure.

3) – Avec ME développé en ME HE MEA

*- Me he mea e tevee te àkiona, e hee au ma he poti.

*- Si l’avion est en retard, j’irai en bateau.

 

B) – L’IRRÉEL s’exprime avec la conjonction ANOA ; le verbe qui suit est au passé mais la particule du révolu ua/u est remplacée par i :


1) – Conséquences passées

a) – Forme affirmative (FA) + FA :

* – Anoa òe i tihe mai i te koìka, ua hee au.

*- Si tu étais venu à la fête, je serais parti.

b) – FA + forme négative (FN) :

*- Anoa òe i tihe mai i te koìka, aòè/aè au i noho i èià.

*- Si tu étais venu à la fête, je n’y serais pas resté.

c) – FN + FA :

*- Anoa aòè/aè òe i tihe mai i te koìka, ua hano atu au ia òe.

*- Si tu n’étais pas venu à la fête, je serais allé te chercher.

d) – FN + FN

* - Anoa aòè/aè òe i tihe mai i te koìka, aòè/aè au i noho i èià.

*- Si tu n’étais pas venu à la fête, je n’y serais pas resté.


2) – Conséquences présentes

a) – FA + FA :

*- Anoa òe i hakaòko mai, e meitaì aè to òe pohuèìa.

*- Si tu m’avais écouté, tu vivrais mieux.

b) – FA + FN :

*- Anoa òe i hakaòko mai, aòè/aè òe inei.

*- Si tu m’avais écouté, tu ne serais pas ici.

c) – FN + FA :

*- Anoa aòè/aè òe i hakaòko mai, e meitaì aè to òe pohuèìa.

*- Si tu ne m’avais pas écouté, tu vivrais mieux.

d) – FN + FN :

*- Anoa aòè/aè òe i hakaòko mai, aòè/aè e toe ta òe moni.

*- Si tu ne m’avais pas écouté, tu n’aurais plus d’argent.


Remarques

1) – De nos jours, principalement dans les textes de l’Église catholique, anoa remplace fréquemment me he mea ; son usage s’est élargi de l’irréel à la simple éventualité :

*- « Anoa e hukaka te ènana toitoi, e hua i te hana pē, e mate nui hoì mēìa i to īa ìno nui. Anoa e hāìu te ènana mikeo i to īa koekoe no te hua i te meitaì, e pohuè īa. »

*- « Si le juste s’égare sur le chemin du mal, il mourra à cause de ses abominations. Si le pécheur se détourne de ses fautes et revient sur le droit chemin, il vivra. » (Ézéchiel, 18. 27)

2) - En raison de la longueur du sujet, il n’est pas toujours possible de suivre la séquence expliquée en B) - ; il faut alors l’adapter comme dans le cas suivant :

*- « Anoa e koàka i te tau keâ o tēnei paepae te tekao, e peàu mai âtou i te nuiìa o te haakakai i ùka o te poì kākiu. » (Zewen, Op. Cit. p. 126)

*- « Si les pierres de ce paepae pouvaient parler, elles nous raconteraient les nombreuses légendes des anciens. »

 

IV – L’INTERROGATION INDIRECTE

En français, lorsqu’une interrogation indirecte fermée est introduite par la conjonction « SI », on emploie la locution « E AHA » pour la traduire :

*- Aè au i ìte e aha e tihe mai Moe. / Je ne sais pas si Moe viendra.

 

V – L’INFLUENCE DE LA LANGUE TAHITIENNE

1) – De nombreux Marquisiens emploient fréquemment les conjonctions tahitiennes « mai te mea e », « mai te peu e » qu’il faut désormais remplacer par « me he mea ».

2) – Il en est de même pour les conjonctions tahitiennes « ahani » et « ahiri » qu’il faut remplacer par « anoa ».

 

BIBLIOGRAPHIE

*- Zewen, Père François, « Introduction à la langue des îles Marquises – Le Parler de Nukuhiva – Hamani ha’avivini ‘i te ‘eo ‘enana », Haere Pō, Tahiti, 1987, 2014, 2016.

 

© Te Haè tuhuka èo ènana - Académie marquisienne – Pohe/mars 2021

 

Propulsé par CComment

Joomla Template by ThemeXpert